Le guide de votre bien-être à domicile

Yoga

Yoga : présentation

yoga

© Vision Images

Discipline philosophique visant à comprendre l’homme dans son unité physique et psychique, le yoga se fait progressivement une place en occident. Ses variantes sont nombreuses, mais ses principes de base restent les mêmes.

Philosophie du Yoga

Yoga, d’un point de vue étymologique signifie globalement : unir ou réunir par la force. Cela doit se comprendre comme la définition de : la discipline morale et corporelle, liée à l’éducation et à l’apprentissage. Dans une approche plus spirituelle, le yoga est l’union entre l’âme individuelle et une forme d’Esprit universel. Le Yoga est une des six écoles de la philosophie Astika venue de la péninsule indienne. La discipline s’appuie, d’une part, sur divers exercices corporels et, d’autre part, sur l’ascèse morale et la méditation. Dans la pratique, l’une et l’autre de ces composantes ne peuvent être dissociées tant cette approche spirituelle milite pour l’unité du corps et de l’esprit.

Le Yoga est donc en quelque sorte une quête immatérielle d’harmonie où le mental et le physique interagissent dans une dynamique perpétuelle. D’un point de vue plus terre à terre, le Yoga permet à chacun de mieux se connaître, de connaître son corps et de comprendre les interrelations entre le corps et l’esprit. Par la bonne santé physique, le yoga tend à une bonne santé mentale. Cela est également valable à l’inverse et l’on peut rapprocher le Yoga d’un vieil adage tiré de l’éducation romaine en occident : « Mens sana in corpore sano », c’est-à-dire un esprit sain dans un corps sain.

Histoire du Yoga

Si personne ne s’accorde pour retenir une date précise pour l’invention du Yoga, il semblerait que les hommes pratiquent une forme de méditation semblable accompagnée d’exercices physiques depuis le IIIème millénaire avant Jésus Christ. Au XVIIème siècle avant notre ère, le Penjab est envahi par les Aryens qui imposent les bases de l’hindouisme. Par syncrétisme, les traditions indigènes dont font partie les usages yoguiques s’intègrent à la religion et à la langue dominante. Le Yoga Sutra codifie ensuite la pratique originelle du yoga. Cette synthèse de diverses théories aurait été rédigée entre le Vème siècle et le IIème siècle précédant l’ère chrétienne par Patanjali.

Vers -300 de notre ère, différentes sectes se forment. Lors de ce schisme plusieurs courants de yoga voient le jour. Les Vishnouïtes y incluent une forme de dévotion à leur dieu très présente. Cette forme de yoga est connue sous le nom de Bhakti Yoga. Pour les Shivaïtes, la dualité du monde est beaucoup plus présente, dans une forme extrême entre la fureur et la bonté, le luxe et l’ascétisme, l’absolu destructeur et le temps régénérateur. C’est ensuite vers l’an 800 que Shankara apporte un nouveau souffle aux pratiques yoguiques en militant pour le plus strict monisme. Tout est un, la dualité perçue jusque là n’est en réalité qu’un trompe l’½il dont il faut savoir se défaire. La pratique du yoga vise alors à rechercher et à voir l’unité qui compose l’univers autant que celle qui compose chaque individu. Le principe fondamental universel, appelé brahman, et le soi appelé atman ne sont qu’un.

Le Yoga connait au début du XXIème siècle un certain retentissement dans le monde arabe où certains parallèles sont faits avec le soufisme de l’époque. En Europe, il faut attendre le XIIIème siècle pour que Marco Polo ramène de ses voyages en Orient quelques influences spirituelles derrière des écrits exprimant avant tout la surprise de voir des hommes nus tenir des postures les pieds en l’air et la tête au sol… Le nombre croissant de voyages en Asie à la Renaissance va multiplier les échanges. Missionnaires et voyageurs européens ramènent renseignements et enseignements de la culture yogi.

En France, le XIXème siècle marque la véritable naissance du yoga : les textes sont traduits et, alors que le pays se déchristianise progressivement, certains nouveaux défenseurs de cette spiritualité nouvelle venue d’Asie y voient la vraie nature de la sainteté. Le Yoga pose de nouvelles questions et apporte de nouveaux repères à une société qui a vécu dans le modèle unique de la monarchie de droit divin depuis des siècles.

Le Yoga que nous connaissons en occident a été redéfini en 1924 par Sri Krishnamacharia lors de la fondation de son école de yoga. En 2005, le gouvernement indien a pris une mesure importante concernant le Yoga : afin d’éviter la privatisation de pratiques qu’il considère comme appartenant au patrimoine de l’humanité, une cellule visant à cataloguer les connaissances propres à la discipline a été créée.

Plusieurs types de Yoga

S’il revendique l’unité du corps et de l’esprit, le yoga n’est pas un et indivisible, plusieurs méthodes sont enseignées pour atteindre l’équilibre physique et psychologique. Certaines méthodes vont privilégier le corps tandis que d’autres auront une approche plus mentale. Chaque individu, en fonction de son propre vécu et de son caractère devra se tourner vers une pratique du Yoga différente. Les artistes aux humeurs éthérées auront vraisemblablement plus d’équilibre à chercher dans une approche physique, qui leur permettra d’ancrer leurs empreintes au sol, tandis que ceux qui subissent le poids d’une société matérialiste et consumériste trouveront certainement leur dynamique régénératrice dans la méditation et le détachement.