Le guide de votre bien-être à domicile

Yoga

Bienfaits et applications thérapeutiquesBienfaits et applications thérapeutiques du Yoga

yoga

© Vision Images

A condition qu’il soit pratiqué avec prudence et maîtrise, avec de l’expérience ou sous l’½il d’un maître expert dans le domaine, le Yoga est bon pour la santé physique et mentale de chacun. Des précautions doivent cependant toujours être prises.
  1. Respiration et Yoga : l’épanouissement contre le stress
  2. Relaxation, méditation et Yoga
  3. Le Yoga pour les handicapés

Respiration et Yoga : l’épanouissement contre le stress

Dans le Yoga, la respiration joue un rôle central. Elle est le pont animé entre le corps et l’esprit. Se concentrer sur sa respiration permet de prendre conscience de l’emplacement et de la sensibilité de chaque organe. Les quatre phases essentielles du mouvement respiratoires sont bien décomposées pour mieux en comprendre le fonctionnement et saisir avec justesse les bienfaits qu’elles contribuent à porter. Dans les niveaux de base du Yoga, l’on met donc en avant l’inspiration et l’expiration bien entendu mais l’on pointe du doigt surtout la rétention d’air avec poumons pleins et la rétention des poumons vidés de leur air. A partir de la prise de conscience du mouvement respiratoire, différents exercices se concentrent sur telle ou telle phase, d’autres jouent sur les variations de rythme, d’autres encore soulignent la différence entre la respiration nasale et la respiration buccale, voire même la respiration par une seule narine, les deux narines simultanément ou les deux narines alternativement.

Le Yoga, forme de science du ressenti, joue aussi avec les vibrations sonores. La voix, le chant sont donc des outils d’exploration du corps et du soi. Les techniques de respiration relèvent de la quatrième branche du Yoga Sutra : le Pranayama. Une bonne respiration, c’est bien sûr une bonne oxygénation du système circulatoire et des organes mais c’est aussi un outil de concentration et de lutte contre la dispersion mentale. Bien travailler sa respiration permet d’évacuer le stress de sa vie, de se recentrer sur les choses essentielles tout en acquérant une vigueur et un tonus sans précédent.

Relaxation, méditation et Yoga

Autre image d’Epinal associée au monde du Yoga : l’homme assis en tailleur, immobile pendant des heures. Objet d’incompréhension évident pour les acteurs d’une société du mouvement perpétuel et de l’agitation irréfléchie, les postures de méditation intriguent. Pourtant la méditation n’est pas le propre du Yoga. La philosophie occidentale est aussi le fruit de nombreuses heures de réflexion, la psychanalyse freudienne elle-même invite à l’introspection, à la découverte du moi, du ça et du surmoi… Dans le Yoga, quelle que soit la variante choisie, la concentration pendant les postures ou les exercices de respiration incite à la méditation. Chacun retourne ses sens vers l’intérieur et se découvre une forme de stabilité psychologique en plus de la stabilité physique recherchée pendant l’exercice. Le Hatha Yoga en particulier parce qu’il fait une grande place aux exercices de relaxation et une bonne préparation à la méditation.

Approche physiologique du Yoga

Aussi mentale que puisse être la pratique du yoga, celle-ci sollicite le corps dans sa dimension physique. Ses mécanismes simples ont un effet remarquable sur les muscles et les articulations notamment. Le Yoga exploite complètement le squelette humain et la forme des os pour trouver les étirements maximum envisageables. Les os restent cependant les limites ultimes des mouvements.

Le muscle est, par contre, un objet de travail très intéressant, il peut d’une part se contracter et l’on peut jouer sur son élasticité ou sa tonicité. D’autre part, le muscle évolue, il se nourrit et l’on peut orienter son développement selon que l’on recherche de la force ou du dynamisme. Le travail du Yoga sur les effets du stress permet de détendre les fibres musculaires et de réaliser avec l’expérience des gestes inimaginables avant la pratique.

Enfin, les articulations sont le centre de la mobilité qui intéresse les yogis. Les tissus qui les composent sont extrêmement riches en nerfs sensitifs et informent en temps réel le cerveau des limites du corps. Ils sont un peu la passerelle entre le corps et l’esprit. Par ailleurs, la respiration pratiquée dans le yoga respecte au maximum le corps puisque les mouvements d’inspiration accompagnent des postures d’extension : le thorax se remplit d’air. Inversement dans une situation de flexion, c’est l’étape de l’expiration qui doit s’imposer d’elle-même. Si au début des cours de yoga, les élèves doivent se concentrer pour se rappeler ces bases, un peu d’expérience fait quasiment entrer ces modes de fonctionnement dans le domaine des réflexes.

Contre-indications à la pratique du Yoga

Certains exercices du Yoga sont réellement exigeants. Il convient de ne pas essayer de faire des postures chez soi sans avoir demandé conseil ou suivi des cours auprès d’un spécialiste. Dans tous les cas, il est préférable de pratiquer sous l’½il avisé d’un professeur yogi qui aura demandé au préalable une attestation médicale. Certaines postures ne sont pas recommandées en cas d’hyperthyroïdie, de troubles cardiaques, de problèmes articulaires, de problèmes hanche, mais aussi de sclérose en plaques ou d’épilepsie. Les contraintes physiques exercées sur le corps rendent la pratique dangereuse après une opération. Cette dernière remarque est évidemment valable pour la grande majorité des sports.

Le Yoga pour les handicapés

Le handicap n’est pas un frein pour la pratique du Yoga, au contraire le Yoga peut être un médium de dépassement du handicap. Quel qu’il soit ce handicap définit la réalité physique d’un individu. Il est un élément constitutif de l’approche corps-esprit qui doit se comprendre au même titre que les autres composantes. Si, par exemple, l’un de nos sens est affecté, il est toujours possible de faire appel aux autres pour se concentrer et le yoga est un outil exceptionnel pour apprendre à développer des capacités de compensation puisque l’essence même de la discipline est la recherche de l’équilibre. Le handicap peut devenir le prétexte pour développer des capacités insoupçonnées.